Inscription newsletter - Flux rss -

Votre panier

Votre panier est vide.

Votre compte client

Créer un compte - Mot de passe oublié ?

Actualités :

25.02.20

Arnaud Desplechin a reçu le 16e Prix Jacques Deray du film policier français pour "Roubaix, une lumière".

Samedi 22 février 2020 à 19h à l’Institut Lumière de Lyon, le réalisateur Arnaud DESPLECHIN a reçu le 16ème Prix Jacques Deray du meilleur film policier français de 2019 pour Roubaix, une lumière, produit par Pascal Caucheteux, en...

Lire la suite

08.02.20

Actu parution : Pier Paolo PASOLINI - 3 scénarios inédits

Trois scénarios écrits par Pier Paolo publiés en France par les Éditions de Grenelle : La Ricotta, publié il y a quelques années, mais proposé ici dans une nouvelle traduction, et deux textes complètement inédits, La Terre vue de la Lune et...

Lire la suite

06.02.20

Actu parution : "Anthologie des dystopies", par Jean-Pierre ANDREVON.

Anthologie des dystopies. Les mondes indésirables de la littérature et du cinéma, par Jean-Pierre ANDREVON. Dictatures totalitaires, règne des écrans, apocalypses nucléaires, rébellion des machines, catastrophes climatiques, famines poussant...

Lire la suite

En ce moment

Invisible Man Leigh Whannell

Invisible Man - Les possibles du champ
Lire l'article

Les derniers articles
publiés sur le site 

30.03.20

Critique

Film : Invisible Man

Les possibles du champ

Réalisateur : Leigh Whannell

Auteur : Michaël Delavaud

Lire l'article

23.10.19

Chronique

Film : L'Étrange Festival 2019

Notes sur l'Étrange Festival 2019

Réalisateur : L'Étrange Festival

Auteur : Michaël Delavaud

Lire l'article

28.06.19

Critique

Film : Sibyl

Diffractions

Réalisateur : Justine Triet

Auteur : Michaël Delavaud

Lire l'article

Votre choix : Écriture psychotique, lecture paranoïaque  

Numéro : 51

Titre : Écriture psychotique, lecture paranoïaque

Parution : Décembre 2012

Prix : 2 €

Description :

La figure paradigmatique du tueur en série est celle qui peut aider à considérer, puisqu'elle est récurrente et structurante dans le cinéma de David Fincher, le tracé propre de la trajectoire esthétique jusqu’à aujourd’hui accomplie. Seven (1995), Zodiac (2007), Millenium (2011) bien évidemment, mais pourquoi pas déjà Alien 3 (1992), ce premier long métrage alors dénigré par son jeune réalisateur (né en 1962) qui n'avait pas encore atteint comme aujourd'hui sa stature de réalisateur hollywoodien High-tech aussi incontournable que Darren Aronofsky (né en 1969) et Christopher Nolan (né en 1970) : à chaque fois donc le serial killer ouvrirait l'espace d'une reconfiguration du régime figuratif et représentatif dominant l’industrie hollywoodienne.

Précisément, la reconfiguration consistera en l’exposition littérale d’une réécriture de ses codes justement au nom de la surdétermination du motif de l’écriture considérée comme code (encodage et programmation). C'est d'ailleurs à cette aune que David Fincher a su se saisir originalement de la figure médiatiquement rebattue du tueur en série. Envisagé comme producteur de discours incisés à même la peau du réel, le serial killer produit son rapport au monde sur le mode psychotique d’une mise en scène meurtrière et sérielle qui soutiendrait la rédaction compulsionnelle de phrases dont les mots seraient faits de cadavres, et l'encre de sang.

Plus précisément, le tueur en série incarnerait chez David Fincher, et jusqu'à son point d'indistinction machinique, la fusion entre la fuite pulsionnelle au nom d'une irrépressible, asociale et diabolique jouissance, et l'invention de systèmes symboliques justifiant la série sanglante et signifiante de cadavres disséminés. Puisque l’horizon social est structuralement ici réduit à celui de la communication, le tueur en tant qu’émetteur autoriserait donc un autre que lui à s’établir comme récepteur susceptible de décoder ou décrypter le message encodé ou encrypté par ce dernier. Alors, les écritures meurtrières du serial killer (en abscisse)et les exégèses de leurs interprètes paranoïaques (en ordonnée) déterminent des quadrillages qui peuvent autant induire les scénarios cryptés de Se7en et The Game (1997) que l’énigme intérieure divisant le personnage schizophrène de Fight Club (1999).

Avec Zodiac puis Millenium : The Girl With A Dragon Tattoo (2011), le metteur en scène surmonte la fascination terrifiée pour le serial killer, autrefois son double obscur, son frère diabolique, sa « part maudite » (Georges Bataille), pour se reconnaître désormais dans la folie autrement plus troublante peut-être de son paranoïaque herméneute.

Auteur : Saad Chakali

Format : PDF à télécharger

Ajouter au panier
 
 
En stock
     

Linexia
Développement et référencement de sites web