Inscription newsletter - Flux rss -

Votre panier

Votre panier est vide.

Votre compte client

Créer un compte - Mot de passe oublié ?

Actualités :

17.01.20

Le volume 66 de la revue ÉCLIPSES sera consacré à Agnès VARDA

ÉCLIPSES VOLUME 66 : "Agnès VARDA, le bonheur cinéma" (Parution : juin 2020) Sous la direction de Saad CHAKALI Le premier aura donc été la première. Avec La Pointe courte (1955), Agnès Varda réalise le premier film ouvrant dans le...

Lire la suite

18.09.19

Info Parution : Steven SPIELBERG analysé par Pascal COUTÉ, aux éditions Passage(s).

Pascal COUTÉ signe le premier essai d'importance en langue française consacré au cinéma de Steven SPIELBERG. Cinéaste éclectique, passant sans difficulté d’un genre à l’autre, Steven SPIELBERG a trop souvent la réputation d’un...

Lire la suite

11.09.19

Actu parution : deux nouveaux titres dans la collection "Contrechamp" aux éditions Vendémiaire.

La collection « Contrechamp » de Frank Lafond, aux éditions Vendémiaire, s’enrichit de deux nouveaux titres : l’un consacré à Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, par David Roche ; l’autre au Quai des brumes de Marcel Carné, par...

Lire la suite

En ce moment

L'Étrange Festival 2019 L'Étrange Festival

L'Étrange Festival 2019 - Notes sur l'Étrange Festival 2019
Lire l'article

Les derniers articles
publiés sur le site 

23.10.19

Chronique

Film : L'Étrange Festival 2019

Notes sur l'Étrange Festival 2019

Réalisateur : L'Étrange Festival

Auteur : Michaël Delavaud

Lire l'article

28.06.19

Critique

Film : Sibyl

Diffractions

Réalisateur : Justine Triet

Auteur : Michaël Delavaud

Lire l'article

29.05.18

Chronique DVD

Film : La Région sauvage

Le rêve de la femme mexicaine

Réalisateur : Amat Escalante

Auteur : Florent Barrère

Lire l'article

Votre choix : L'exil et le royaume : la figure du paria  

Numéro : 56

Titre : L'exil et le royaume : la figure du paria

Parution : Juin 2015

Prix : 2 €

Description :

« Je n'aimais pas mes grands-parents, ils me semblaient bizarres, je ne comprenais rien à ce qu'ils disaient. Ils ne se sont jamais vraiment intégrés et, à sa mort, mon grand-père ne parlait toujours pas l'anglais […] Leur appartement me mettait mal à l'aise, il me semblait froid, éclairé comme une grotte, la stéréo diffusait une musique plaintive, des chansons en yiddish. Leur mode de vie me semblait grotesque. J'étais, moi, un jeune Américain. Je voulais être ''cool'' ». Celui qui se souvient du jeune homme qu'il a été, intégré dans les standards sociaux de l'individualisme américain l'éloignant d'un gestus familial aux origines nébuleuses, n'est autre que James Gray, tel qu'il aura, rétrospectivement, projeté beaucoup de lui-même dans le personnage de Reuben Shapira (Edward Furlong), l'adolescent de Little Odessa (1994). Avec ce premier long métrage suivi depuis par quatre autres films, l'effort aura dès lors consisté en la ressaisie compréhensive d'un legs fondateur : la judéité comme obscur arrière-fond, auquel il semblait bon de tourner le dos, est un héritage inéluctable qui oblige à se retourner pour l'assumer de face. C'est même par le prisme biographique de particularismes hérités que le cinéaste saura affirmer sa singularité, par la réappropriation néoclassique de formes issues du passé (de l'opéra italien au Nouvel Hollywood) afin de voir comment la lumière fossile de l'inactuel transfigure la nuit oublieuse de l'actuel. Le genre, en ses deux déclinaisons pratiquées (d'abord le film noir avec Little Odessa,The Yards en 2000 et La Nuit nous appartient en 2007, puis le mélodrame avec Two Lovers en 2008 et The Immigrant en 2013) représente à chaque fois le moyen d'expérimenter de manière (auto)réflexive l'écart d'une figure filiale depuis le commandement patriarcal obligeant au respect de codes, se prolongeant dans les fictions sur les versants familial ou communautaire, corporatiste ou mafieux…

Auteur : Saad Chakali

Format : PDF à télécharger

Ajouter au panier
 
 
En stock
     

Linexia
Développement et référencement de sites web