Inscription newsletter - Flux rss -

Votre panier

Votre panier est vide.

Votre compte client

Créer un compte - Mot de passe oublié ?

Actualités :

13.06.22

Décès de l'acteur Philip Baker Hall

On apprend ce jour le décès de l'acteur Philip Baker Hall, acteur de second rôle, certes, mais qui a su imposer sa présence dans plus de 100 films.Il est notamment à l'affiche de trois titres importants de Paul Thomas ANDERSON, dont Hard Eight...

Lire la suite

01.11.21

ÉCLIPSES Volume 69

Le volume 69 de la revue ÉCLIPSES sera consacré à Claude Chabrol et sortira en décembre 2021.

Lire la suite

17.02.21

Communiqué de la Société des Réalisateurs de Films - Non à la fermeture des options artistiques au lycée

Faire un film est un travail d'équipe ; le faire aimer également. Nous, les organisations cinématographiques partenaires des lycées à options cinéma, sommes très inquiets de voir les options artistiques menacées au sein des lycées, et avec...

Lire la suite

En ce moment

Le Locataire Roman Polanski

Le Locataire - Elle et l’huis clos (3/3)
Lire l'article

Les derniers articles
publiés sur le site 

19.04.12

Revoir

Film : Le Locataire

Elle et l’huis clos (3/3)

Réalisateur : Roman Polanski

Auteur : Youri Deschamps

Lire l'article

17.04.12

Revoir

Film : Rosemary's Baby

Elle et l’huis clos (2/3)

Réalisateur : Roman Polanski

Auteur : Youri Deschamps

Lire l'article

16.04.12

Revoir

Film : Répulsion

Elle et l’huis clos (1/3)

Réalisateur : Roman Polanski

Auteur : Youri Deschamps

Lire l'article

Votre choix : Les héritiers symptomatiques  

Numéro : 52

Titre : Les héritiers symptomatiques

Parution : Juin 2013

Prix : 2 €

Description :

L’héritage en ses dédales, les personnages du cinéma d’Arnaud Desplechin ne cessent de s’y débattre. C’est pourquoi ses films sont autant physiques que prolixes, la dislocation devant alors s’entendre comme une brisure du corps autant qu’une disjonction de la parole. L’héritage est effectivement une guerre interminable qui exige d’éreintantes négociations ponctuant des batailles enragées. Parce qu’il s’impose à leur existence impréparée sous la forme traumatique d’un réel intrusif, l’héritage élit brutalement ses héritiers plutôt que ces-derniers ne le choisissent. Et c’est parce que l’héritage d’abord leur échoit qu’ils peuvent ensuite choisir ce qui doit ou non en être retenu afin d’ouvrir sur la promesse d’un nouvel avenir un présent préalablement paralysé par l’impromptu sidérant d’un passé intempestif. C’est la double injonction de l’héritage selon Jacques Derrida : l’appropriation d’un passé, aussi inappropriable soit-il, est autant l’acceptation de ce qui a précédé que l’affirmation de sa réappropriation, autrement dit sa réinterprétation critique et sélective.

Et c’est en toute logique qu’Arnaud Desplechin, qui se présente comme un cinéaste conscient de ses filiations cinéphiliques (François Truffaut et Alain Resnais, Ingmar Bergman et Claude Lanzmann, la Nouvelle Vague et le Nouvel Hollywood), filme ses personnages en tant qu’ils sont impérieusement convoqués par d’imprévisibles héritages (familiaux mais pas seulement). Car l’héritage s’inscrit moins dans la seule logique codifiée d’une reconnaissance institutionnelle ou contractuelle qu’il fait précéder toute symbolisation rationnelle par l’hystérisation des corps et la diabolisation des esprits.

Ainsi, l’héritage se manifeste d’emblée chez Arnaud Desplechin dans le registre psychosomatique du stigmate, mieux du symptôme. Et il faudrait une symptomatologie susceptible de rendre compte des diverses images-symptômes qui heurtent et trouent, interrompent ou font disjoncter la continuité narrative et filmique de ses ambitieuses fictions.

Des images-symptômes scindant la représentation cinématographique pour des héritiers symptomatiques devant affronter le poids d’impensé propre à des généalogies inconscientes et trop longtemps refoulées.

Auteur : Saad Chakali

Format : PDF à télécharger

Ajouter au panier
 
 
En stock
     

Linexia
Développement et référencement de sites web